Mercredi 19 janvier 2011 3 19 /01 /Jan /2011 18:42

1.     Contexte

Le féminisme radical destiné à combattre l'oppression générée au sein de la famille, du mariage et la sexualité subit une double mutation à la fin des années 1970 et au début des années 1980. Cette mutation concerne aussi bien les féministes du champ politique et syndicale (Le courant politique)- que les « féministes » sociales qui ont montré l'oppression commune des femmes, ont favorisé la création de groupes de prise de conscience et l'égalité des chances dans le monde du travail (le courant radical).

Ce féminisme radical a respectivement évolué soit vers un féminisme pour l'égalité (qui voulait supprimer les différences entre les genres) soit vers un féminisme pour la différence (qui mettait en valeur les différences sexuelles). Les divergences au sein du mouvement féministe ont été nombreuses mais la modération de certaines positions radicales et la présence croissante de femmes, surtout de féministes, dans les partis politiques ou les institutions, ainsi que la reconnaissance de la diversité des expériences et des moyens, a transformé le panorama politique du féminisme.

Les actions féministes ne sont peut-être plus aussi spectaculaires qu'avant mais le féminisme reste néanmoins un grand mouvement qui est entré dans la vie des femmes et des hommes et qui a permis des changements législatifs et de mentalité irréversibles.

Cette évolution positive de l’action féministe connaît quelques répercussions dans le microcosme sénégalais où le premier roman de Mariama Ba paru en 1980 pour la première fois, surtout avec l’obtention du Prix Noma, résonne comme une bombe et met à vif les blessures toujours mal refermées de générations de femmes prisonnières du carcan traditionnel.

Selon le Professeur Herzberger Fofana, in Littérature Féminine francophone d´Afrique noire.(Harmattan 2000) décrit bien le contexte de l’écriture féminine dans les années 80 et la mentalité des femmes écrivains de cette époque : "Les romancières des années 80, comme Mariama Bâ, revendiquaient surtout le libre choix du partenaire, celles de la décennie des années 90 revendiquent surtout le respect des droit fondamentaux de la femme, d´où le caractère sociologique et engagé de leurs œuvres"

 

 

2.   L’auteur et son oeuvre

 

Mariama Bâ naît dans une famille aisée de Dakar, où elle grandit dans la concession familiale située à l'ancienne route des Abattoirs municipaux de Dakar qui porte actuellement le nom d'un conseiller municipal, Armand Angrand et faisant face au service d'hygène, une concession abritant en son sein une grande mosquée en dur où s'assemble une foule à chaque heure de prière.

Dans le Sénégal nouvellement indépendant, son père, fonctionnaire de l'administration coloniale, devient le premier ministre de la santé de la Loi-Cadre. Après la mort de sa maman, elle est prise en main par ses grands parents maternels traditionalistes. Sa vie va être très influencée par l’Islam et la tradition.

Normalement, elle aurait dû grandir dans ce milieu familial, sans connaître l'école, avec l'éducation traditionnelle qui comprend l'initiation à des rites (savoir faire la cuisine, la vaisselle, piler le mil, transformer la farine en couscous, laver le linge, repasser les grands-boubous et chuter le moment venu, avec ou sans son consentement dans une autre famille, chez un mari). Les grands parents de Mariama Ba n’auraient envisagé de l’envoyer à l’école primaire, n’eût été l’insistance de son père.

Elle suit parallèlement l’enseignement en français et des études coraniques. A l’école, elle est une excellente élève. Elle fait ses études primaires à l'actuelle école Berthe Maubert anciennement dénommée Ecole des Filles.

Durant la période coloniale et bien après, les filles sont confrontées à une série d’obstacles quand elles se décident à suivre l’enseignement supérieur. Son père l'a inscrite à l'école française, mais il n'entend pourtant pas lui permettre de poursuivre sa scolarité au-delà du certificat d'études qu'elle vient tout juste d'obtenir. Ce n'est que tardivement qu'il acceptera son inscription au concours d'entrée de l'École normale.

Le cursus est simple : après le certificat d'études primaires élémentaires, il y a la classe préparatoire pour les grands examens. Les bonnes élèves sont orientées vers le concours de l'Ecole Normale des jeunes filles de Rufisque. Les plus âgées vont à l'Ecole des Sages-Femmes. Les autres suivent une formation accélérée en dactylographie pour devenir secrétaire.

Mariama Ba, à quatorze ans, veut emprunter cette dernière voie mais c’est compter sans le jeu du destin qui prend les traits de la Directrice de l'école des filles venue la retirer du groupe des élèves du secrétariat pour la faire présenter au concours d’entrée à l’  « Ecole Normale des jeunes filles de Rufisque pour le renom de notre école ». Rufisque, à quelques kilomètres de Dakar, un des premiers comptoirs commerciaux fondés par les hollandais au XVIIe siècle sur la côte ouest africaine. Rufisque, une petite ville commerçante et une des quatre communes de plein exercice dont Dakar, Saint-Louis et Gorée.

 Ses grands-parents ne voient pas d’un œil son admission à cette école d’excellence. En l’absence de son père affecté à Niamey (Niger), ils veulent s’opposer à son entrée. Il a fallu, comme l’avoue l’auteur elle-même, le dynamisme de la directrice Mme Maubert pour arracher le consentement de sa famille. Le concours de l'Ecole Normale des jeunes filles de Rufisque est organisé à l'échelon de l'ex-Afrique Occidentale Française (AOF). Elle sort major - première de l'ex-AOF- à l’examen d’entrée à l’Ecole Normale de Rufisque en 1943.

Mme Legoff, directrice de l'école des jeunes filles de Rufisque installée dans les locaux d'une ancienne maison de commerce en décembre 1938, une femme de tête, a su tisser des liens de cœur avec toutes les pensionnaires de l’Ecole normale de Rufisque. Elle a une vision juste de l'avenir de l'Afrique. Son éducation repose sur les principes d’enracinement et d’ouverture :« Enracinement dans nos valeurs traditionnelles propres, dans ce que nous avons de bien et de beau, et ouverture aux autres cultures, à la culture universelle."  Elle a su cultiver en elles l’esprit d’ouverture et de tolérance.

Un de ses devoirs, très remarqué par Madame Le Goff, fut publié dans la revue l’Esprit. Maurice Genevoix en publie de larges extraits dans un livre. M. Terisse, en faisant un manuel pour les élèves du cours moyen de deuxème année, adapte le texte en le titrant: "Enfance à Dakar". Ce devoir éclaire de souvenirs personnels les lieux de sa naissance. Mais à la fin du texte, comparant son enfance dans cette route de l'Abattoir, son milieu familial et ses douceurs, au milieu où elle évolue, elle sent en elle un conflit. A une époque où l'on prônait l'assimilation, elle prend position en la refusant. C'est ce refus qui a fait la célébrité de ce devoir.

Durant cette période, elle publie son premier livre, un document sur l’enseignement colonial au Sénégal. Elle écrit aussi un essai né de sa révolte contre les politiques africaines en Afrique.

En 1947, elle termine son cursus académique. Elle obtient son diplôme d'institutrice. Elle fait mes premiers pas dans l'enseignement à l'école de Médine et épouse un politicien du nom de Obèye Diop. Douze ans après, pour des raisons de santé, elle demande son affectation à l'Inspection régionale de l'enseignement du Sénégal.

Après son divorce, elle élève seule ses neufs enfants. « Divorcée et musulmane moderne », ainsi se définit-elle. A ce titre, au militantisme politique où le rôle de la femme rencontre des difficultés à obtenir satisfaction, elle préfére le militantisme d’association en intégrant des associations féminines (Amicale Germaine Legoff, Soroptimiste International, Club de Dakar, Cercle Fémina),. Elle fait la promotion de l’enseignement, se bat sur le terrain des droits des femmes, fait des discours et écrit des articles dans des journaux locaux.

Après une longue maladie , elle meurt du cancer en 1981, six mois après que son roman Une si longue lettre a emporté le Prix Noma de littérature en 1980. Mariama Bâ devient avec ce livre une pionnière des lettres africaines. Son livre courageux demeure une étape essentielle dans la prise de parole féminine et reste l'un des romans africains les plus lus sur le continent. Un chant écarlate, traitant du mariage mixte, fut publié à titre posthume. Un Lycée de Dakar porte aujourd'hui son nom.

 

 

3.   La bibliographie de l’auteur

 

  • Une si longue lettre, Nouvelles éditions africaines (Sénégal) 1980
  • La fonction politique des littératures africaines écrites' 1981 (in Écriture Française)
  • Un chant écarlate, Nouvelles éditions africaines (Sénégal)  1981

 

 

4.   Résumé du roman et commentaires

 

a.                     Résumé

A la mort de son mari suite à une attaque cardiaque, la veuve Ramatoulaye met à profit les 40 jours de deuil que lui impose la tradition pour faire le point sur sa vie et pour réfléchir aux problèmes auxquels la société qui l'entoure doit faire face. Pour ce faire, elle écrit à son amie d’enfance, sa meilleure amie Aïssatou une "longue lettre" , qui vit aux Etats-Unies. Sa correspondante - Aïssatou - est une femme de caractère en qui elle pense trouver un soutien solide. Son exemple l’inspire, elle qui doit assumer les conséquences du pouvoir patriarchal sur sa propre vie.

Le cœur empli de désarroi, consciente que la confidence noie la douleur, elle couche sur le papier des confidences sur sa vie de femme et sur le comportement de son mari, dont elle dresse un portrait peu flatteur. Celui-ci, Modou Fall, est mort et elle considère cet événement comme une volonté divine.

Elle évoque successivement leur rencontre, leur mariage, l'éducation des enfants, le traumatisme provoqué par l'arrivée de la deuxième épouse, les relations parfois difficiles avec la belle-famille et les sollicitations dont elle est l'objet depuis la mort de son mari.

Après vingt-cinq ans de mariage, Modou Fall a épousé l’amie de sa fille, Binetou. Pendant un moment, elle a pensé le quitter mais elle a décidé de rester dans son ménage, se péparant à un partage équitable, conformément aux préceptes de l’Islam sur la vie polygamique. Modou l’évite et dépense son argent auprès de sa nouvelle épouse.

Ramatoulaye remplit ses jours en s’adonnant aux devoirs féminins. Elle prend soin de la maison, paie les factures d’électricité. Elle surmonte sa timidité et va seule au cinéma. Malgré tout, elle garde la foi, fidèle à elle-même et à ses principes. Elle tient à l’éducation de ses filles. Quand celles-ci veulent s’habiller moderne (en pantalon), elle condamne l’idée considérant ce type de tenue indécente.

Ramatoulaye, plus tard, apprendra à sa fille  que l’existence des moyens de contraception ne devrait pas être la voie ouverte à toutes les perversions et perversités :"C’est à travers son self-contrôle, son aptitude à la raison, son libre arbitre,… qu’il saurait se distinguer de l’animal ».

 

b.                     Commentaires

 

Une si longue lettre a été traduit en plus de dix-sept langues. C’un livre-témoignage sur le comportement masculin, le rôle de la famille et le poids de la religion islamique dans la vie du couple et, tout particulièrement, dans celle de la mère et de l'épouse  ; une peinture de la société sénégalaise. L’œuvre contient des idées politiques, provenant de ses expériences personnelles, qui se rattachent surtout aux idées du féminisme.

Son roman épistolaire Une si longue lettre (1980) est considéré comme la référence classique en ce qui concerne la condition féminine en Afrique. Il a emporté le premier Prix Noma Award for Publishing in Africa à la Foire du livre de Francfort de 1980, et lui a donné la célébrité. Il a fait l’objet d’études littéraires et aussi sociologues sur le rôle de la  femme dans la société africaine contemporaine et sur la réalités des choix auxquels elle est confronté par devoir social. Mariama Ba insiste sur le caractère primordial de l’éducation, de l’instruction des femmes et ses conséquences sociales, à savoir leur libération. Mariama Ba fait la différence entre le comportement masculin sujet aux instincts sexuels et la continence et la rationalité féminines.

Les thèmes centraux abordés dans le roman sont les relations hommes-femmes dans une société patriarcale, la survivance d’un système traditionnel basé sur les castes et la polygamie ; et leurs effets sur la famille africaine moderne.

« Les livres sont une arme, a-t-elle dit “ une arme pacifique peut-être mais une arme quand même »

Comme écrivain, selon Siga Fatima Jagne, in Postcolonial African Writers, 1998, Mariama Ba se serait inspirée de la tradition de l’oralité de la griotte sénégalaise et a écrit un texte parlant.

Cette tradition d’oralité au Sénégal a été le principale source d’affranchissement des voix féminines. La griotte n’est pas surveillée dans son discours par la société de la même manière que les autres femmes : elle a reçu d’elle l’autorisation de dire tout ce qu’elle pense sans censure. Cette licence de la griotte est importante aux yeux des femmes sénégalaises, parce qu’elle est un moyen d’écouter et d’être écoutées.

 

 

5.   Des clés pour comprendre le roman

 

a.   Mariama Ba, Ramatoulaye et l’influence de la femme blanche (Germaine le Goff)

Quoique Mariama Bâ se soit toujours défendue d'avoir écrit un texte autobiographique (d’ailleurs, leurs vies respectives diffèrent sur plusieurs points), il est indéniable que le discours de Ramatoulaye est teinté de références à la vie de Mariama Ba, surtout celle liée à son expérience personnelle d’ancienne de l'École normale d'institutrices de Rufisque en qui la « femme blanche » a laissé une empreinte indélébile, comme en tant d’autres pensionnaires.

On retrouve cette influence bienfaisante au chapitre sept du roman (Ramatoulaye, comme Mariama Ba, est marquée par elle : (« Aïssatou, je n'oublierai jamais la femme blanche qui, la première, a voulu pour nous un destin hors du commun. Notre école, revoyons-la ensemble, verte, rose, bleue, jaune, véritable arc-en-ciel ») et aussi dans la vie de romancière où, au travers de la correspondance des anciennes élèves de l’Ecole Normale de Rufisque, cette femme blanche porte le nom chaleureux de « maman Le Goff »

De son nom de jeune fille Germaine le Bihan, elle a été l'une des premières institutrices françaises laïques à s'intéresser à l'éducation des filles en Afrique occidentale. Ancienne d’une école normale sise en Bretagne, institutrice, elle est consciente de la nécessité de « former à long terme des jeunes filles "assez cultivées, maîtresses de maison indigènes parfaites" ».

L'École normale d'institutrices de l'A.O.F. est née, en 1938, de cette rencontre entre les ambitions de Germaine Le Goff et les objectifs politiques du Gouvernement général qui prend conscience, à la veille de la Seconde Guerre mondiale, de l'importance de la formation des femmes dans la réussite de l'oeuvre de « civilisation » menée par la France en Afrique. Sa création est inscrite dans le programme général de réorganisation de l’enseignement qui prévoit également le transfert de l’Ecole normale William Ponty à Sébikotane et la création d’écoles normales rurales dans différents territoires.

Germaine le Goff est nommée directrice et a dirigé l'École normale de Rufisque de 1938 à 1945 et a joué un rôle essentiel dans la formation intellectuelle et morale des quelques 120 jeunes filles qui y poursuivirent leur scolarité pendant cette période (Il existe encore aujourd'hui une Ecole normale d'institutrices à Thiès, rebaptisée en 1976, Ecole Germaine Le Goff.)

Les objectifs des autorités sont claires : de l’avis du Gouverneur de l’A.O.F Jules Carde, : « Il est en effet très important pour nous d'assurer notre influence sur la femme indigène. Par l'homme, nous pouvons augmenter et améliorer l'économie du pays ; par la femme nous touchons au coeur même du foyer indigène. »

Germaine Le Goff entend donner sa propre interprétation des directives officielles. Sa devise : « éduquer la femme, instruire l’institutrice ». Son crédo, nous le retrouvons bien mis en exergue au chapitre sept aux pages 27-28 :

« Nous sortir de l'enlisement des traditions, superstitions et mœurs ; nous faire apprécier de multiples civilisations sans reniement de la nôtre ; élever notre vision du monde, cultiver notre personnalité, renforcer nos qualités, mater nos défauts ; faire fructifier en nous les valeurs de la morale universelle ; voilà la tâche que s'était assignée l'admirable directrice. Le mot aimer avait une résonnance particulière en elle. Elle nous aima sans paternalisme, avec nos tresses debout ou pliées, avec nos camisoles, nos pagnes. Elle sut découvrir et apprécier nos qualités »

L’enseignement, à spécificité coloniale, est fondé sur l'association de cours généraux visant à imprégner les élèves de culture française, et de cours pratiques propres à les enraciner dans leur milieu d'origine (matières littéraires, histoire de la métropole et de l’A.O.F, leçons de morale, cours d'hygiène et d'économie domestique, ...).

b.            Mariama Ba, Ramatoulaye et de la difficile réinsertion sociale des diplômées de l’Ecole normale de Rufisque.

L'ensemble de cette formation a largement contribué à placer les premières institutrices africaines au carrefour de deux civilisations, à faire de ces « pionnières de la promotion de la femme africaine » les représentantes d'une génération de l'entre-deux consciente de leur mission - sentiment aussi présent chez Mariama Bâ que chez Ramatoulaye (page 38)-  :

« Debout, dans nos classes surchargées, nous étions une poussée du gigantesque effort à accomplir, pour la régression de l’ignorance… Les enseignants (…) forment une armée noble aux exploits quotidiens, jamais chantés, jamais décorés. Armée toujours en marche, toujours vigilante. … Comme nous aimions ce sacerdoce, humbles institutrices d'humbles écoles de quartier. Comme nous servions avec foi notre métier et comme nous nous dépensions pour l’honorer… ».

Cette hybridité va rendre leur réinsertion sociale difficile, tiraillées qu’elle sont entre deux mondes, deux civilisations, sans enracinement véritable. Il leur faut concilier leur attachement aux valeurs africaines et leurs habitudes de vie fondées sur le modèle européen qui était celui de l'École.

Une si longue lettre est peut-être avant tout un roman sur cette difficile conciliation. Mariama Bâ témoigne des deux types d'opposition qu'elles ont à affronter : celle de l’élite masculine qui les infantilisent ou les diabolisent ou celle plus rude des générations précédentes, arc-boutées aux traditions et hostiles à leur « émancipation ».

c.            L’ire de l’élite masculine

En 1938 déjà, la création de leur école a su soulever l’ire de l’élite masculine de William Ponty qui a su étaler ses réticences au grand jour. Ces réticences n'empêchent pourtant pas bon nombre des anciennes élèves de Rufisque d'épouser des jeunes gens qui ont reçu la même formation, rencontrés au cours de leur scolarité.

Il en est ainsi, dans le roman, pour Aïssatou et Ramatoulaye. La première épouse Madwo Bâ, ancien élève de l'École de médecine. Ramatoulaye d’ailleurs rencontrera Modou Fall, licencié en droit, à Ponty-ville, cité des normaliens dans Sébikotane (« Ponty-ville, c’est la campagne encore verte de la douche des dernières pluies, ... ».)

Mais Mawdo, comme Modou, font voler en éclats l’idéal du bonheur si cher à Ramatoulaye et à Aïssatou. Prouvant à quel point le cauchemar peut être si proche du rêve.

d.            L’attitude des femmes

Mariama Bâ aborde ici un des thèmes clés de la littérature africaine post-indépendances. L’instruction libère la femme du carcan du traditionnalisme et permet à son libre arbitre de s’exprimer au cours des phases importantes de sa vie de femme, de mère et d’épouse, donc de dire non aux choix imposés quand ceux-ci sont contraires à ses intérêts et à ses aspirations profondes. C'est autour de ce thème que dans Une si longue lettre s'affrontent trois générations de femmes.

Celles des générations hostiles à l’émancipation des femmes

-          La mère de Mawdo, Tante Nabou, descendante d'une grande famille du Sine (Ancien Royaume du Sénégal), s'oppose au mariage de son fils avec une castée, une « bijoutière », une « courte robe », une « diablesse » (page 30) ;

-    La mère de Ramatoulaye souhaite un mariage arrangé avec un médecin qui lui inspire confiance. Mais Ramatoulaye refuse le choix maternel : « Libérée donc des tabous qui frustrent, apte à l’analyse, pourquoi devrais suivre l’index de ma mère pointé sur Daouda Dieng, célibataire encore, mais trop mûr pour mes dix-huit hivernages. Exerçant la profession de médecin à la Polyclinique, il était nanti et savait en tirer profit. » (page 28) ;

-    Nabou et Binetou, futures co-épouses d'Aïssatou et Ramatoulaye sont instruites. Pourtant, elles acceptent la polygamie et ses conséquences avec bonheur, puisque c’est à elles que profite la dislocation du couple.

Celles des générations en faveur de l’émancipation

Daba - une des filles de cette dernière, le modèle type de la femme africaine moderne, instruite et émancipée - condamne ouvertement la résignation de sa mère. Pour elle, le mariage est l’« adhésion réciproque à un programme de vie » (page 107).

Ramatoulaye et Aïssatou dont la vie est bouleversée par l’intrusion d’une co-épouse. Alors que Aïssatou divorce sans hésiter, Ramatoulaye hésite, s’enferre dans ses rêves d’ancienne normalienne de l’idéal du bonheur symbolisé par le couple monogamique et les méandres réélles, sinueuses et douloureuses de la vie polygamique. Cet idéal, Ramatoulaye avoue en être restée prisonnière : « Je suis de celles qui ne peuvent se réaliser et s'épanouir que dans le couple. Je n'ai jamais conçu le bonheur hors du couple (...) » (page 82).

Prouvant ainsi que bien que consciente des progrès et de l'émancipation des femmes, elle est profondément prisonnière de stéréotypes qui sont autant d'obstacles à la concrétisation de sa rébellion intérieure. A travers ce personnage, Mariama Bâ évoque moins son expérience personnelle (elle-même était divorcée) que les déchirements d'une génération de jeunes femmes qui tentent d'affirmer leur individualité dans une société encore mal préparée à accepter les conséquences sociales de l'instruction des femmes.

-    « Mon coeur est en fête chaque fois qu'une femme sort de l'ombre. Je sais mouvant le terrain des acquis, difficile la survie des conquêtes (...) ». (page 133)

e.            Des thèmes abordés

Au coeur de cette fiction romanesque qui condamne avec violence les travers sociaux, la lettre d'une jeune femme sénégalaise à son amie, pendant la réclusion traditionnelle qui suit son veuvage. Elle y évoque leurs souvenirs heureux d'étudiantes impatientes de changer le monde, et cet espoir suscité par les Indépendances. Elle rappelle aussi les mariages forçés, l'absence de droits des femmes, la polygamie, le poids de la religion et du système des castes, la crise de la famille, la force de l’amitié et de l’éducation.

La sénégalaise Mariama Bâ est la première romancière africaine à décrire avec une telle lumière la place faite aux femmes dans sa société. D’après elle, « la mission sacrée de l'écrivain est de s'attaquer aux pratiques, aux traditions et aux coutumes archaïques qui ne sont pas une partie intégrale de notre précieux héritage culturel. »

La polygamie

L’Islam permet à l’homme musulman d’épouser jusqu’à quatre femmes. Au cas où il voudrait en épouser une cinquième, celle-ci devrait obligatoirement être une taara (une esclave).

La femme se trouve confrontée à une institution présentée comme une prescription divine. Certains vont jusqu’à affirmer que vu que le nombre des femmes est supérieur à celui des hommes, il apparaît comme un devoir de charité de la part de ceux-ci de prendre plusieurs épouses pour combler les frustrations éventuelles. Mawdo, l’ex-mari de Aïssatou, défend la polygamie et parle d’un film dans lequel les survivants d’un crash aérien mangent de la chair humaine pour rester en vie.

« Nous ne pouvons résister aux lois impérieuses nous demandant de manger et de nous habiller... ».

La polygamie apparaît comme une institution qui satisfait un pur égoïsme masculin encouragé en cela par les femmes de statut traditionnaliste.  Par contre, les femmes qui se voient imposer une co-épouse ont un autre point de vue. Entre la soumission au désir du mâle dominateur et la révolte généralement vouée à l’échec, elles ont le choix souvent difficile. La plupart des femmes répugnent au divorce mal perçu par la société. Entre les co-épouses qui se détestent cordialement, la hache de guerre est déterrée. Auquel cas, dans cette guerre sans nom, tous les coups mystiques ou non sont permis.

Ramatoulaye n’était pas heureuse avec son co-épouse, mais à la fin, elle a décidé de rester dans sa vie parce qu’elle ne voulait pas recommencer sa vie :

« La présence à mes cotes de ma co-épouse m’énerve. »

« Ce soir, Binetou, ma co-epouse, rejoindra sa villa SICAP. Enfin ! Ouf ! » (Chapitre 2)

« Folie ou veulerie ? Manque de cœur ou amour irrésistible ? Quel bouleversement intérieur a égaré la conduite de Modou Fall pour épouser Binetou ?  Et dire que j’ai aimé passionnément cet homme, dire que je lui ai consacré trente ans de ma vie, dire que j’ai porté douze fois son enfant. L’adjonction d’une rivale à ma vie ne lui a pas suffi. » (Chapitre 5)

La religion

L’Islam est la religion de la plupart des personnages du roman. Islam signifie « soumission à Dieu » et implique la paix. Les rites de cette religion monothéiste et les bonnes habitudes attendues de ses croyants sont nombreux et la plupart d’entre eux sont décrits dans le roman.

Entre autres, le Tenj ou période de viduité (deuil) a un rôle central dans le cours des événements. Il est au début et la fin de l’histoire. La mort de Modou en est l’élément déclencheur. Avec la structure de la foi musulmane, Ramatoulaye a besoin de porter le deuil pendant quatre mois et dix jours. Mais, beaucoup de ses amis et sa famille lui rendent visite. Elle doit partager sa maison avec Binetou, son co-épouse Binetou est le même age que la première fille de Ramatoulaye.

Au cours de cette période de viduité, l’épouse doit prier pour le repos de l’âme du disparu et cela ne peut se faire qu’avec un cœur capable de pardonner au mort tous ses écarts passés. Devant la mort, tous les rancoeurs et haines doivent s’effacer, grâce au pardon et à la concorde des cœurs. La société ne supporte pas les personnes incapables de faire preuve de magnanimité envers leur prochain frappé par un acte du destin. Le pardon est un acte de croyant. « J’ai célébré hier, comme il se doit, le quarantième jour de la mort de Modou. Je lui ai pardonné. Que Dieu exauce les prières que je formule quotidiennement pour lui. J’ai célébré le quarantième jour dans le recueillement.  Des initiés ont lu le Coran.  Leurs voix ferventes sont montées ver le ciel.  Il faut que Dieu t’accueille parmi ses élus, Modou Fall ! (Chapitre 18)

Le système des castes

C’est un système ancré au Sénégal et non cautionné par l’Islam. Dans la société sénégalaise, il y a plusieurs classes sociales :

v  Les nobles (aristocratie terrienne ou guerrière), en wolof les guer;

v  Les castés : parmi eux, on peut citer les griots, bijoutiers, les forgerons, les cordonniers, les bucherons ;…

v  Les esclaves ou Taara ou jam (on distingue les esclaves de la couronne des esclaves de case)

Un code régit la vie entre ces diverses communautés et interdit dans la plupart des cas, le mariage. Dans le cadre d’une union polygamique, quand l’homme veut excéder le nombre d’épouses autorisé, il peut épouser une esclave.Dans le cadre des relations entre les castés et les nobles, le mariage est interdit et ne sont acceptables par aucun des deux parties. Aïssatou et Mawdo vont défier la société, mais leur couple ne résistera pas au poids des traditions.

L’amitié

La structure même du roman, un échange épistolaire entre deux amies de longue date, la dédicace à Annette Mbaye d'Erneville, présidente de l'amicale des anciennes élèves, témoignent de l'importance des liens tissés pendant l'adolescence entre ces jeunes femmes.

La longue lettre de Ramatoulaye à Aïssatou parle d'un sentiment qui « a des grandeurs inconnues de l'amour (...), des élévations inconnues de l'amour » d'un sentiment qui résiste au temps et à l'éloignement. L’amitié, le ciment de la vie sociale de l’école normale de Rufisque où toutes sont sœurs pour la vie, sœurs à tout partager, « de véritables sœurs destinées à la même mission émancipatrice » (p. 27).

Mariama Bâ évoque un « brassage fructueux d'intelligences, de caractères, de moeurs et coutumes différents ». Le brassage socio-culturel théoriquement souhaité par l'administration coloniale a été un rendez-vous manqué. Persuadée de la mission civilisatrice de la France, « maman Le Goff » a souhaité et réussi à convaincre ses élèves de leur capacité à accéder à une vie « meilleure » en luttant courageusement pour leur émancipation au sein d’une société encore prisonnière de ses valeurs traditionnelles.

L’éducation

L’éducation est la clé de voûte aussi bien de la société traditionnelle que de la nation moderne.

Dans la société traditionnelle, l’éducation est le fait de la communauté. Chaque adulte a son mot à dire. Toute intervention extérieure est jugée salutaire et entretenue avec vigueur. On distingue l’éducation des filles et des garçons. La fille revient à sa mère et le garçon à son père. Les garçons de la même classe d’âge suivent un même parcours initiatique qui leur permet de devenir des êtres capables de se mouvoir avec aisance sur le plan social. Tous les rites sont rigoureusement respectés. Ceci dans le seul souci de voir émerger des êtres en phase avec la norme. L’éducation religieuse est très importante, avec le passage chez le maître coranique.

Avec la colonisation, des valeurs nouvelles sont arrivées et avec elle une éducation moderne assurée de nouvelles entités (la famille nucléaire et l’école) au fonctionnement diamétralement opposé à celui de la société traditionnelle. L’éducation devient le fait de l’individu. Le regard extérieur de la communauté est frappé d’anathème. Toute intervention extérieure est considérée comme une ingérence et condamnée avec vigeur.

Le passage d’une éducation traditionnelle communautaire à une éducation moderne individualiste a créé une crise sans précédent avec une remise en question de la cellule familiale traditionnelle – noyau dur  qui faisait la force d’une société basée sur des principes. Cela explique l’émergence et les derives d’une génération « flottante », car ouverte vers un occident dont il interprète mal les règles par méconnaissance ou par égoïsme.

L’émancipation

La lutte pour l’émancipation de la femme est le nerf du roman. Elle apparaît essentielle dans un contexte de chosification de la femme. L’instruction a fait d’elle une femme émancipée, consciente de ses droits d’humain, de son libre arbitre et de ses désirs les plus ancrés. Le travail et la sensation d’être utile à servir lui donne la force.

Pourtant, quand elle aura besoin de choisir entre son mari et elle-même, bref de décider de recommencer sa vie sans mari ou un co-épouse, Ramatoulaye n’a pas la force de partir. Elle choisit de rester et de subir en silence ses tourments. Le poids de ses responsabilités de femme et de mère, le poids des années perdues l’y incitent : « Partir ? Recommencer à zéro, après avoir vécu vingt-cinq ans avec un homme, après avoir mis au monde douze enfants ?  Avais-je assez de force pour supporter seule le poids de cette responsabilité à la fois morale et matérielle ?(Chapitre 14) Ceci, contrairement à son amie Aïssatou qui assume son émancipation.

Il faudra attendre la mort de l’autre pour que les réminescences enfouies renaissent pour fleurir. Détachée du lien sacré du mariage par le fait du deuil, elle décide de vivre. Enfin.

f.    Signification et structure

L’accès à l’instruction et l’acquisition du savoir sont conçus comme des enjeux de libération de la femme longtemps confinée dans un sous-rôle où elle n’a pas droit au chapitre. L’auteur use de trois procédés stylistiques pour atteindre son but : la sublimation, le métadiscours et le dialoguisme.

-    Par le procédé de la sublimation, l’écrivant transforme des pulsions internes en des sentiments élevés, en de hautes valeurs morales ou esthétiques. Dans Une si longue lettre, le Savoir prend sa source dans l’Autre, à la fois les Références sur le « rude versant du savoir » (p. 31) (Modou Fall et Germaine le Goff ou la femme blanche) nanties de superlatifs glorificateurs et le contexte politique (à savoir le Sénégal colonial). « immense culture » (p. 25), « arc-bouté aux études » (ibid.), « tu revins triomphant. Licencié en droit ! » (ibid.), « résolument progressiste » (p. 32), « je n’oublier jamais la femme blanche qui, la première, a voulu pour nous un destin hors du commun » (p.26). L’auteur les sublime à un point tel que la chute d’un quelconque d’entre eux (dans le texte, celui de Modou Fall qui épouse une seconde épouse) prendra par la suite des proportions alarmantes.

Le dialoguisme suppose un énoncé adressé à un auditeur capable de le comprendre et la réponse réelle ou virtuelle dudit auditeur. Une si longue lettre de Mariama Bâ , bâti sur le principe de l’échange épistolaire, privilégie l’utilisation du « je » et du « tu » qui nous plonge dans une fausse perception de roman autobiographique. De simple aparté intimiste (avec l’adresse première : Aïssatou, l’amie intime, destinataire de la si longue lettre), le récit – en usant de la familiarité  du « tu » s’ouvre à une seconde adresse : celle du bourreau intime, le mari décevant mais brillant juriste qui a préféré « se sacrifier » à la cause du pays; puis à une troisième adresse plus subtil mais si présent dans le texte, à savoir l’Africain nouveau, lecteur du produit fini, destinataire primordial doté d’une solide formation dispensée par des enseignantes à la hauteur de leurs tâches (« Debout, dans nos classes surchargées, nous étions une poussée du gigantesque effort à accomplir, pour la régression de l’ignorance. » p.38) et ouvert au progrès.

Le métadiscours se retrouve en toile de fond du roman. Il est nécessaire à la bonne compréhension du texte. L’importance du savoir et de son acquisition par l’être humain, qu’il soit homme ou femme, articule l’ensemble du texte, lui donne corps, lui donne un sens universel. Le Savoir chèrement acquis permet à Aïssatou de s’extirper des méandres incertaines d’une polygamie imposée. Il aidera Ramatoulaye, le moment venu, à faire le choix qui a été sien et que la vie – au travers des désirs de Modou Fall- a su si bien malmené : « Le mot bonheur recouvre bien quelque chose, n’est-ce pas ? J’irai à sa recherche. Tant pis pour moi, si j’ai encore à t’écrire une si longue lettre » (p 135).

Par Sokhna BENGA - Publié dans : réflexions
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Quand la réalité rencontre la fiction... Extrait de Bayo

- Le Sénégal, me dit-il, connaît enfin la démocratie. Je suis fier de mon peuple, Sabel.

Moi aussi, malgré mes réserves, j’en suis fière… C’est étrange que les larmes me montent aux yeux. Quelque chose de tapi en moi renaît à la vie. Je crois que c’est l’Espoir… l’Espoir d’un avenir meilleur pour les nouvelles générations.

Dans le même temps, j’ai conscience de toute la responsabilité qui pèse sur les épaules de nos nouveaux dirigeants. Ceux-ci sont confrontés à un peuple qui a prouvé sa maturité et qui, à mes yeux, est, fait pour la plénitude. Comme le dit si bien Daouda, il ne faut pas « nous prendre pour des ndinkalar, car nous sommes des nandité, dé.

Mes chérubins pour toujours, Kader et la grande majorité de mes compatriotes trépignent, crient à tous les coins de rue : « Vive Père ! », « Vive l’artiste » ; se pâment d’aise devant le spectacle télévisé des actes fondamentaux de Gorgui ; noient d’un déluge de Sopi, sopi ! les nopi oubliés d’un ex-parti au pouvoir groggy ; de l’index et du majeur, forment le « V » de la victoire, les larmes aux yeux.

Pendant ce temps, moi, je reste zen. Mon attitude rebutante, il faut le dire, pousse mon éternel enfant de mari à me traiter de rabat-joie. Peut-il en être autrement ? Jamais de mémoire de sénégalais, on n’avait vu pareil déballage, même si le prétexte est louable ! Senghor, mon président-poète ne m’a pas habitué à faire de la République, une rue publique ! Senghorienne chevronnée, me taquine Kader.

-            C’est un jeu dangereux, murmurai-je. Les Sénégalais ne sont pas prêts.

-            Nous ne sommes pas des gamins, Sabel. Le pays respire, tu ne le sens pas ? Il vit. Comme quand nous étions jeunes ! Il me souvient que Dakar bouillonnait. L’Afrique trépignait d’impatience.

-            Il me souvient aussi que nous avions un panel de cadres capables de prendre la relève.

 N’importe qui pouvait remplacer Senghor qu’il soit de la même obédience ou non. L’Alternance est populaire. C’est un drame. Kader ne partage pas mon avis. Il est d’autant plus réfractaire à mes arguments qu’il en veut au Parti de Ndiol. Selon lui, cette intelligentsia qui a dirigé le pays pendant quarante ans, n’a rien su apporter au peuple. Au contraire, au fil du temps, elle s’est enorgueillie de ses privilèges et a écrasé le Peuple de son mépris, faisant du large champ laissé par le Président-poète, un tas de ruines.

-            Des ruines ? Tu exagères !

-            Comment j’exagère ? Sabel, t’es devenue aveugle ou quoi ! tu te rappelles le temps de Senghor.

Oui, en ce temps-là, on vivait dans une ville moderne et on le sentait., mais aujourd’hui, vingt ans après, Dakar s’est ruralisée. La tête-de chèvre est devenue tête de poire. Où sont passées nos belles routes ombragées ? Toutes défoncées ! Nos sociétés florissantes ? En faillite ! Nos camions-poubelles ? En panne ! Nos balayeurs de rue ? Compressés! Nos policiers tant respectés ? Radiés ou livrés à leur bon vouloir. Nos poubelles en fer blanc et nos protège-égouts ? Recyclés. Je ne peux battre en brèche aucun de ses arguments. Le silence que je lui oppose d’abord est éloquent. Comme je ne suis pas le genre à baisser les armes, un petit diablotin me titille et je retrouve ma verve.

Mon cher époux oublie un certain nombre de facteurs qui n’ont pas servi le régime, des facteurs indépendants de sa volonté : la sècheresse, la fin des trente glorieuses, la dette, l’épargne interne qui est insuffisante, la détérioration des termes de l’échange, l’environnement politico-économique qui dénie toute initiative à l’Africain, ces deux monstres hideux que sont le FMI et la Banque mondiale avec leurs fameuses politiques d’ajustement structurel. Ndiol a été un grand homme d’Etat. Un autre à sa place serait tombé à genoux devant les coups de butoir de l’international.

-            Je n’en disconviens pas, reconnaît Kader puis sur un autre ton : C’était l’Alternance ou l’implosion. Aujourd’hui, l’Espoir renaît.

 « On le sent dans le regard des gens, continue t-il, emporté par la même fièvre qui saisit tous ceux qui parlent de Ndiombor. Il est bien trop grand pour ne pas être déçu, je le sais comme toi, mais nous devrons apprendre la patience. Rien ne s’est construit en un jour.

« Il a fallu des générations aux pays riches d’aujourd’hui pour atteindre le sommet. Nous avons besoin de rêves. Les plus belles réalisations sont nées d’eux. Ndiombor  est un homme de cohésion et de paix, un senghorien comme toi. il aime trop notre pays pour le sacrifier à des intérêts vils. Alors, de quoi as-tu peur ? »

Quand Kader se fait avocat… je hausse les épaules ! J’ai déjà eu à discuter avec l’ex-opposant de tous les combats, incontournable, écrivain essayiste à ses heures perdues. pourtant, ce qui me fait frissonner, ce n’est point l’homme, mais cette tentative de vouloir effacer d’une chiquenaude un système qui a mis des années à se mettre en place.

Certes tout n’est que symbole, pour l’instant. mais est-ce suffisant ? Pour développer le Sénégal, il faut d’abord un changement de mentalités, à la base. Il faut éduquer les Sénégalais, leur ramener à la mémoire tout ce qui faisait notre fierté, les baigner dans les bains parfumés de sutura, jom, kerseu, tant de valeurs bien de chez nous rétrécies en peau de chagrin. Il faut leur ré-apprendre le sens du bien commun, du bien public, le respect des institutions quelles que soient leurs carences.

-            Des ministres bons à enlever ; voilà ce que je vois venir, je marmonne en regardant le défilé de ministres frais émoulus des profondeurs. Ils n’ont pas la carrure.

-            Tu les méprises parce qu’ils viennent du peuple ?

-            Nous venons tous du peuple, mais la politique est une rhétorique; le politique, un art. Cela ne s’improvise pas.

-            Cassandre va ! Si tu penses nous décourager. Ils apprendront les manières avec l’exercice du pouvoir. Nous vivons notre première expérience d’alternance démocratique, alors sois tolérante.

-            Les institutions, c’est sacré, Kader. On n’y touche pas.

-            C’est l’acte d’aujourd’hui qui te fait dire ça ? dit Kader incrédule, mais c’est normal que soit retransmis à la télé les audiences des ministres avec notre Président !

-            Tu es un administrateur civil. Ne l’oublie jamais. Les bons vœux n’ont jamais gouverné un pays.

-            Si tous mettent l’intérêt national avant tout autre, il n’y aura aucun problème. Ndiombor est l’homme qu’il nous faut, aujourd’hui.

Il se tourne vers la télévision, passionné par ce qui s’y déroule. Je me reproche de l’avoir laissé me piéger encore une fois dans ces discussions de politique politicienne.

-            Maman, intervient Daouda qui n’a pas raté une miette de notre conversation, nous ne sommes pas fous, nous les jeunes. Quarante ans de ruines ne se reconstruisent pas en sept ans. Papa Ndiombor aura besoin de notre confiance et de notre patience. il l’a.

Sa conviction me sidère. Malgré mes réticences, le point de vue de ces illuminés de Ndiomboristes en pagnes et sabador me fait vibrer, rappelle une flamme en moi. Quelque part. Une flamme que je croyais morte depuis les indépendances.

Le temps leur donnera raison. En partie ! Ndiombor allait jouer jusqu’au bout le jeu de la démocratie, trop peut-être. Trop ? Jamais ! hurlent à mes oreilles les peu ou prou Ndiombor qui pourtant à l’an IV de l’alternance aboutiront au même constat que moi.

Révoltés qu’ils sont par le déballage politique par médias interposés qui va empoisonner le pays, créer un climat de suspicion, de haine et de règlement de comptes.

Comme la révolution, l’Alternance sera alors à deux doigts de dévorer ses propres enfants. la presse s’en donnera à cœur de joie, tirera à boulets rouges sur le régime, oubliera les problèmes des sénégalais.

Chaque jour, une proie sera désignée. On ne l’abandonnera aux charognards qu’une fois ses entrailles livrées à tous vents.

Le peuple que l’on croit encore ignare et influençable voudra s’insurger contre la gangrène invisible. Il ruera sur les barricades de « Wax sa xalat (dire ta pensée) », criera son ras-le bol., mais a-t-on seulement appris à l’écouter, lui qui a fait de nous ce que nous sommes ou ce que nous prétendons être ?

Du cœur de ce peuple incompris, monte un leitmotiv, toujours le même : le pardon saura alléger les cœurs et faciliter la concorde nationale. Mais à quel prix ? Ceux qui jouent avec la République, mesurent-ils seulement leur responsabilité ?

Bien sûr, il est facile d’allumer un brasier et de s’en laver les mains en laissant le peuple s’y démener comme un beau diable, car lui le peuple, même si Dakar devenait Pompei, il n’aurait d’autre choix que de s’offrir en victime d’un immense autodafé dont il ne veut pas.

extrait de Bayo, la mélodie du temps, 2007, Nouvelles éditions ivoiriennes.

Parutions

Un rêve qui date de vingt ans et qui se réalise enfin!
Les tribulations de Fadia, la petite sereer de Poukham qui n'a qu'un rêve : découvrir la grande ville et l'école.
Disponibles en librairie et sur
éditionsoxyzone@yahoo.fr link
  ou online@oxyzone.net
Fadia1 nFadia 2 nFadia 3 nFadia 4nFadia5nFadia6 nFadia 7 n

Mes lectures

RENCONTRES SUR LE FLEUVE 2010

Lettre de remerciements de l'Ecole Dagana 7

Mesdames, Messieurs, Généreux

Donateurs, artistes, écrivains, poètes, conteurs, essayistes, peintres, plasticiens, journalistes, musiciens, chanteurs, hommes de  cœur et de foi qui depuis des années s’investissent sans réserve au profit de l’enfant ce que tout peuple a de plus précieux, l’école DAGANA 7 à travers son chef d’établissement vous dit du fond du cœur Merci, Merci, Merci au nom des élèves conquis et charmés, au nom des parents -d’élèves enthousiastes, au nom de l’équipe pédagogique reconnaissante. En effet chers bienfaiteurs : à ces hommes du terrain, à ces êtres d’exception d’ici et d’ailleurs, à ces gens de l’ombre qui ont adhéré à ces nobles idéaux pour l’avènement d’un monde de justice, d’amour d’échanges et de partages, nous n’avons pas de mots suffisamment expressifs pour vous remercier au nom de nos élèves. La cible est bien choisie car : les véritables enseignements qui demeurent, les vraies leçons de la vie, celles que l’enfant intériorise et intègre et qui modèlent sa personnalité sont celles que l’adulte accomplit. Eduquer un enfant, c’est s’offrir à lui en exemple. Vous êtes des exemples, des modèles, des références dans un monde en mal de repères. Les propos de Pierre Henri Simon résument bien votre merveilleuse contribution, cette précieuse aventure humaine. «  Ce que l’on donne à l’enfant, il le rend un jour à quelqu’un. Ce qu’on lui refuse, il le refuse. Le mal qu’on lui fait, il peut le faire. Mais si on gonfle ces jeunes voiles au souffle de la force, du courage et de la droiture, alors il sait voguer et affronter la tempête. C’est justement cette belle opportunité que vous offrez par l’exemple à des milliers d’élèves voire des millions d’élèves en 3 éditions. Le geste qui donne est plus important que ce que l’on donne et surtout  si c’est un geste du cœur. Le choix de notre école implantée dans un quartier pauvre essentiellement habité par une population maure, longtemps laissée en marge et qui s’était repliée sur elle-même mais que cette école est en train de donner sa fierté et sa dignité , votre choix est plus qu’un symbole. Pour conclure,nous vous réitérons nos très sincères remerciements.Nous vous témoignons notre parfaite reconnaissance et notre gratitude infinie. Que cette flamme sacrée que vous entretenez puisse se propager pour éclairer et réchauffer le cœur de tout enfant dans  le besoin où qu’il soit dans le monde.

 Le  Directeur Moussa THIOYE

Profil

  • Sokhna BENGA
  • Le blog de Sokhna BENGA, Ecrivain.
  • Femme
  • gourmande curieuse Ecrivain matinale gourmet
  • Une mosaïque d'ethnies aux couleurs plurielles, fan de jazz et de country song. De Francis Cabrel, de Michael Jackson et de Youssou Ndour.

Portrait d'auteur

 

 

Papa0001   IBRAHIMA MBENGUE

  Vous qui l'avez connu et aimé, merci de nous faire part de vos témoignages.

Journaliste, Ecrivain Né le 12 février 1932 à Dakar. Décédé le 05 octobre 1982 à Dakar. Auteur de Maxureja Gey, chauffeur de taxi. Célèbre émission radiophonique diffusée de 1960 à 1980. Bande dessinée publiée par les NEAS en 1977. Auteur et producteur de plusieurs émissions radiophoniques célèbres dont le fameux COSAANU SENEGAMBIE. Sa voix annonçait l'émission : "Cosaanu Sénégambie, xalaat bu niari radio bok. Radio gambie ak radio sénégal". Le père dont je suis si fière.

Partager

Images Aléatoires

  • RSF Louga15
  • enfants
  • dagana école2
  • RSF Louga21
  • DSC00858

Recherche

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus